fbpx Press "Enter" to skip to content

Les records les plus fous de l’histoire du tennis

Durant les 20 dernières années, le Big 3 a pulvérisé une grande partie des records qu’il était possible de battre. Mais certains records qui valent le détour sont également détenus par des joueurs et joueuses bien moins célèbres. Alors dans cet article consacré, on s’intéresse à tous les records les plus fous de l’histoire du tennis.

Les records en tournoi du Grand Chelem

Que ce soit sur le circuit ATP ou WTA, les tournois du Grand Chelem représentent le réel étalon-or. Remporter un de ces 4 tournois majeurs représente déjà un immense exploit. Alors, lorsqu’un joueur domine l’un ou plusieurs de ces tournois durant plusieurs années, cela mérite que l’on s’y attarde.

réservation terrain tennis

Le Grand Chelem doré de Steffi Graf en 1988.

La saison 1988 de l’Allemande Steffi Graf est tout simplement la plus grande de l’histoire du tennis. Non seulement la joueuse a remporté tous les tournois du Grand Chelem cette année-là. Mais elle a en plus remporté les Jeux olympiques de Séoul. 

Elle réalisa ainsi le seul Grand Chelem doré de l’histoire du tennis masculin et féminin. Chez les hommes, aucun joueur depuis Rod Laver en 1969 n’a d’ailleurs réalisé le Grand Chelem classique.

La finale de Grand Chelem la plus courte 32 minutes

Cette même année 1988, lors de la finale de Roland Garros, Steffi Graf a humilié Natasha Zvereva 6-0, 6-0 en seulement 32 minutes. Zvereva, n’a réussi à remporter que 13 points sur l’ensemble du match. Ce match, historique par sa durée, témoigne de la domination de l’allemande à cette époque.

Embed from Getty Images

7 titres en 8 ans pour Pete Sampras à Wimbledon.

Pete Sampras était sans conteste le plus grand joueur de tennis sur gazon avant l’émergence du Big 3. Sa domination à l’époque s’est alors traduite par 7 titres dans le tournoi londonien entre 1993 et 2000. Soit 7 titres en 8 ans, un record qui semble totalement inatteignable aujourd’hui.

C’est une défaite en 1/4 en 1996 contre le futur vainqueur Richard Krajicek qui le prive du 8/8.

À titre de comparaison, Bjorn Borg n’avait réussi à remporter “que” cinq titres consécutifs à Wimbledon de 1976 à 1980. De même pour Roger Federer entre 2003 à 2007.

Ce dernier était d’ailleurs relativement proche d’égaler le record de Sampras, mais sa défaite épique contre Nadal en 2008 l’en a privé. Le suisse compte quand même 8 titres en tout en à Wimbledon (un record), dont 7 acquis en 10 ans (entre 2003 et 2012).

Chez les femmes, le record appartient à Martina Navratilova, avec neuf victoires, dont 6 consécutives.

8 finales consécutives pour Ivan Lendl à l’US Open

L’US Open est le tournoi le moins hégémonique du Grand Chelem. En effet, dans l’ère open aucun joueur ne l’a remporté plus de 5 fois. C’est pour cette raison que le record de Lendl mérite d’être évoqué ici.

Sa surface en dur, relativement rapide, permet toutes sortes de styles et de concurrents. Contrairement à Roland-Garros et Wimbledon, qui requièrent un style de jeu particulier pour performer, l’US Open présente systématiquement une concurrence importante et de qualité pour les favoris. 

Il est donc peu probable que nous voyions quelqu’un battre la série de huit années consécutives (1982-89) d’Ivan Lendl en finale de l’US Open. À titre de comparaison, Federer a atteint six fois de suite la finale de l’US Open de 2004 à 2009. Même Rafael Nadal n’a jamais atteint 8 finales consécutives à Roland-Garros !

Embed from Getty Images

Les 14 titres pour Rafael Nadal à Roland-Garros

Certes, le roi de la terre battue n’a jamais atteint 8 finales consécutives à Roland-Garros. Mais avec 9 titres en 10 ans entre 2005 et 2014, et pas moins de 14 titres en tout, Nadal est clairement intouchable porte d’Auteuil.

D’ailleurs si vous aimez les chiffres et les coups droits liftés, le tournoi de Roland Garros a consacré une page entière aux différents records que détient l’espagnol.

Et si Robin Soderling n’avait pas battu Nadal en 2009, une décennie de domination sans partage aurait pu être le record le plus intouchable du tennis et de loin.

18 finales en 19 tournois du Grand Chelem pour Roger Federer de 2005 à 2010

Parmi les dizaines de records que le Suisse possède, celui-ci est peut-être le plus impressionnant. Entre la finale de Wimbledon en 2005, et la finale de l’Open d’Australie en 2010, le maestro suisse a atteint toutes les finales possibles, à l’exception de celle de l’Open d’Australie 2008.

Ni Rafael Nadal, ni Novak Djokovic, ni aucun autre joueur n’ont effleuré un tel exploit pour le moment.

Embed from Getty Images

Les autres records notables 

Les records concernant les titres du Grand Chelem sont, comme on l’a vu, les plus prestigieux du tennis. Mais les records que nous allons voir maintenant sont tout aussi fous et inatteignables.

Le match le plus long en simple chez les hommes : 11h05

Chez les hommes, c’est un grand classique : John Isner contre Nicolas Mahut au premier tour de Wimbledon en 2010.

L’Américain et le Français ont joué pendant onze heures et cinq minutes sur trois jours consécutifs avant qu’Isner ne sorte finalement vainqueur. Le cinquième s’achevant alors sur le score de 70-68. 

Le joueur américain semble d’ailleurs avoir un faible pour les matchs longs. Il a en effet également participé au 4ème match le plus long de l’histoire (6h35 face à Kevin Anderson en demi-finale de l’édition 2018 de Wimbledon également).

Le match le plus long en simple chez les femmes : 6h31

Le record du match le plus long en simple dames est détenu depuis 1983 par deux Américaines : Vicki Nelson-Dunbar et Jean Hepner. Le match a eu lieu au tournoi de Richmond et s’est terminé par une victoire de Vicki Nelson sur le score de 6-4, 7-6 au bout de six heures et 31 minutes.

réservation terrain tennis

Le rallye le plus long : 29 minutes

Quand un record en explique un autre. En effet, ce record a eu lieu lors du match évoqué précédemment, opposant Vicki Nelson-Dunbar et Jean Hepner.

Pour ce qui est du contexte, le voilà. Nous sommes à la fin du deuxième set, à 11-10 dans le tie-break avec balle de set Jean Hepner. C’est cette balle de set qui est devenu le point le plus long de l’histoire du tennis. Il a duré pas moins de 29 minutes pour 643 coups échangés.

Le match s’est ensuite terminé deux points plus tard avec un dernier record à la clé : le tie-break le plus long de l’histoire (en temps) : 1h47.

Le plus long tie-break (en nombre de points) : 70 

Ce record a été établi par les joueurs de tennis monégasques Benjamin Balleret et Guillaume Couillard lors du tournoi USA Futures. Après 6-6 dans le premier set, le tie-break s’est terminé sur le score de 36-34 en faveur de Balleret (70 points).

Le service le plus rapide : 263,44 km/h

Le service le plus rapide jamais enregistré est sorti de la raquette du joueur australien Sam Groth. Il a été enregistré à 263,44 km/h lors d’un tournoi de tennis ITF Challenger en 2012. Lorsque l’on sait que la vitesse moyenne du premier service d’un joueur de tennis masculin se situe généralement entre 190 et 200 km/h, on peut se demander si ce record sera un joueur battu.

Chez les femmes, c’est Sabine Lisicki qui a établi le record à 210 km/h le 9 juillet 2014 lors du premier tour du tournoi de Stanford.

Le plus grand nombre d’aces en une saison : 1477

Lors de la saison 1996, le Croate Goran Ivanisevic a réalisé pas moins de 1477 aces. Et chez les femmes, c’est Karolina Pliskova qui détient le record sur une saison avec 530 aces en 2016.

La série de 105 points sans fautes directes de Roger Federer

Enfin, on souhaitait finir cet article dédié au record du tennis, avec celui qui résume peut-être le mieux l’élégance et la classe de Roger Federer. Lors de l’US Open 2007, le suisse n’a pas commis la moindre faute directe lors de 105 points d’affilée.

Conclusion 

Les records font partie intégrante du sport professionnel. S’y intéresser permet de comprendre et d’apprécier le talent et les efforts des meilleurs joueurs et joueuses de l’histoire. Enfin, ce sont toujours de bonnes anecdotes à raconter sur les courts ou au club house.

One Comment

Laisser un commentaire